Santé Mentale‎ > ‎

Soulager la soufrance psychique

Compétence visée
        Reconnaitre la souffrance psychique et mieux la prendre en compte pour apaiser le patient
Contenu
  Différencier douleur et souffrance
        La douleur, une expérience subjective.
  • Les quatre composantes : sensorielle, affective, cognitive, comportementale.

  • La douleur à composante psychologique dominante, expression d’une souffrance psychique.

Identifier une approche sociologique de la souffrance psychique

  • Le bien-être et le mal être.

  • La santé comme bien-être.

  • L’approche sociétale du mal-être et conséquences :la crise sociale, la perte des valeurs et des repères familiaux, la précarité et le chômage, le mal de vivre, les pathologies du deuil, la maladie mentale en mutation.

Traiter le mal de vivre pathologique

  • Les troubles alimentaires.

  • Les conduites suicidaires.

  • La violence sociale.

  • Les addictions.

Identifier une approche psychopathologique de la souffrance psychique

  • La psychose, l’isolement, la dissociation, l’automutilation.

  • Les addictions et la détresse affective.

  • Les troubles bipolaires, la détresse de vivre et la détérioration de l’image de Soi.

  • Les névroses, l’angoisse, la somatisation, les rituels et l’épuisement.

  • La souffrance de la personne âgée, le syndrome de glissement et le risque suicidaire.

  • La souffrance des adolescents, la rupture sociale, les états limites, l’acte suicidaire.

Soulager la souffrance et évaluer son impact

  • Le temps de l’évaluation de la souffrance.

  • L’anamnèse de la souffrance : le sens de la souffrance : son installation, la perte du pouvoir d’agir et de choisir.

  • La demande du patient : l’accueil de sa plainte.

  • L’observation clinique : les signes physiques : traits du visage, le poids, la position du corps, l’automutilation… les signes psychologiques : les addictions, l’épuisement, l’isolement, le retrait…

  • Le temps de la rencontre : la relation empathique, l’entretien.

  • Le temps du travail interdisciplinaire : la consultation collégiale, la confrontation des points de vue, la place du patient.

  • Le temps du traitement : les traitements chimiothérapiques et leur surveillance, les techniques cognitivocomportementales, les approches psychocorporelles, la réhabilitation sociale.

  • La fonction contenante de l’équipe.